Proverbe Breton


Partager :





S'abonner au flux

Suivez moi sur :



eXTReMe Tracker


Le contenu de cette page necessite une version plus recente d Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


Bienvenue en Bretagne

Cette longue presqu'île, d'un aspect sauvage, a quelque chose de singulier : dans ses étroites vallées, des rivières non navigables baignent des donjons en ruines, de vieilles abbayes, des huttes couvertes de chaume, où les troupeaux vivent en pêle-mêle avec les pâtres.

Ces vallées sont séparées entre elles, ou par des forêts remplies de houx grands comme des chênes ou par des bruyères semées de pierres druidiques autour desquelles plane l'oiseau marin, et paissent des vaches maigres, avec des petites brebis. Un voyageur à pied peut cheminer plusieurs jours, sans apercevoir autre chose que des landes, des grèves, et une mer qui blanchit comme une multitude d'écueils : région solitaire, triste, orageuse, enveloppée de brouillards, couverte de nuages, où le bruit des vents et des flots est éternel.

La photo du jour

Digemer mad e Breizh

Il faut que ce pays et ses habitants aient frappé de tous temps l'imagination des hommes. Les Grecs et les Romains y placèrent les restes du culte des Druides, l'île de Sayne et ses vierges, la barque qui passait, en Albion, les âmes des morts, au milieu des tempêtes et des tourbillons de feu ; les Franks y trouvèrent Murman, et mirent Roland à la garde de ses marches ; enfin, les romanciers du Moyen-Âge en firent le pays des aventures, la patrie d'Artus, d'Yseult aux mains blanches, et de Tristan le Léonois. Sur les bruyères et dans les vallées de la Bretagne, vous rencontrez quelques laboureurs couverts de peaux de chèvre, les cheveux longs, épars et hérissés ; ou vous voyez danser au pied d'une croix, au son d'une cornemuse, d'autres paysans portant l'habit gaulois, la sayon, la casaque bigarrée, les larges braies, et parlant la langue celtique.

Études historiques, François René de Chateaubriand


Les mises à jour